Depuis plusieurs semaines, les jeunes de notre arrondissement ont eux aussi rejoint le mouvement des marches pour le climat. Ils sont très nombreux à Huy, à Hannut, à Nandrin, à Saint-Georges, à Waremme notamment, à interpeller la classe politique sur l’urgence d’agir contre les changements climatiques. Le scrutin du 26 mai 2019 sera crucial pour l’avenir de la politique climatique belge, de la Wallonie et de notre arrondissement en particulier.

A l’heure actuelle, la Wallonie est loin de suivre la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour respecter l’accord de Paris, signé par la Belgique, et limiter le réchauffement. Au contraire, au cours de la législature écoulée, les majorités successives PS-CDH puis MR-CDH ont repoussé de 10 ans les objectifs wallons en matière d’énergie renouvelable. Les primes pour l’isolation et l’énergie ont été divisées par 4. Le budget des TEC a été amputé de 85 millions € et les fonds dédicacés au climat ont servi de variables d’ajustement budgétaire. Excusez du peu !

Pourtant, la Belgique reste le 5e pays ayant la plus lourde empreinte écologique par habitant au monde, après le Koweït, le Qatar, les Emirats et le Danemark (rapport WWF “Planète vivante”, 2014). C’est aussi le 4e plus mauvais élève européen en matière d’énergies renouvelables (rapport Eurostat 2019). La planète ne peut plus attendre : des mesures fortes doivent être prises. Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir.

Conscients de cette responsabilité, les candidates et candidats Ecolo de Huy-Waremme sont en ordre de marche, avec une liste forte, dynamique et diversifiée, pour porter un projet de société profondément différent, positif, ouvert et porteur d’espoir pour notre avenir et celui de nos enfants et petits-enfants.

Ils sont plus déterminés que jamais à activer les leviers majeurs dont la Région wallonne dispose pour lutter contre le réchauffement climatique, en matière de mobilité, d’énergie, de logement, d’agriculture.

Si les enjeux environnementaux sont énormes, les défis sociaux, économiques et démocratiques sont tout aussi importants. Après 5 ans de scandales en tous genres et alors qu’un Wallon sur 5 vit toujours dans la pauvreté, le fossé entre le monde politique et les citoyens semble plus grand que jamais.

Les solutions d’Ecolo intègrent toutes ces dimensions. Nous ne cesserons de le répéter : pas de justice climatique sans justice sociale, et d’un point de vue démocratique, le renforcement de la confiance envers les politiques fait plus que jamais partie de notre projet.

Notre arrondissement sera confronté dans les années à venir à des défis majeurs : transition énergétique, accessibilité des soins de santé, création de logements en suffisance, nouvelles formes de mobilité, redéploiement économique, lutte contre la pauvreté et le chômage.

La bonne nouvelle, c’est que les citoyens n’ont jamais été aussi mobilisés et solidaires pour relever ces défis. La transition est déjà en marche : jeunes pour le climat, nouveaux entrepreneurs, hébergeurs de migrants, producteurs locaux, coopérateurs investissant dans les énergies renouvelables ou l’alimentation durable, citoyens impliqués dans les groupement d’actions locales, enseignants investis dans la transition de leur école…

Tous ces acteurs se battent pour un changement de cap et en font une réalité au quotidien. Nous sommes et serons toujours à leurs côtés ! Nous voulons faire basculer et ancrer notre région et notre arrondissement vers un modèle soutenable tant pour les gens que pour l’environnement. Le climat n’a pas de frontière, la solidarité ne peut en avoir.

Plus que jamais, nous sommes au cœur du changement.

Share This